Voici ce qui explique les vagues de froids dans la ville de Yaoundé et autres localités du Cameroun en ce moment

Voici ce qui explique les vagues de froids dans la ville de Yaoundé et autres localités du Cameroun en ce moment

  • NAM'S
  • Published 3 months ago
  • View Comments

Dans une interview accordée au quotidien Cameroon Tribune hier, le Professeur AMOUGOU Joseph Armathé, Directeur Général de l’Observatoire National sur les Changements Climatiques (ONACC) a donné des explications concernant les vagues de froids ressenties dans la ville de Yaoundé et autres localités du Cameroun.

L’expert climatologue indique tout d’abord que, le froid qui sévit ces derniers temps à Yaoundé et ses environs a été prédit dans le dernier Bulletin saisonnier de prévisions climatiques de juin, juillet et août 2022 produit par l’ONACC.

Il explique par la suite que cette situation est due au fait que, le climat global de la terre et particulièrement celui de la zone du Golfe de Guinée à laquelle appartient le Cameroun est sous l’influence d’un courant marin froid depuis deux ans, connu sous le nom de « La Nina », qui est un courant marin froid, un phénomène climatique périodique qui se déroule tous les 02 à 05 ans dans la partie équatoriale de l’océan Pacifique. Il a pour origine une anomalie des températures des eaux équatoriales de surface (sur les premières dizaines de mettre), et est caractérisé par un refroidissement irrégulier par rapport à la normale de la température des eaux de surface du Pacifique, avec des perturbations climatiques planétaires.

Il continue en précisant qu’au Cameroun, les études menées et publiées dans les revues scientifiques par leurs soins montrent que l’apparition de ce phénomène s’accompagne majoritairement de vagues de froids ainsi que d’importantes quantités de précipitations sur l’étendue du territoire national.

Nous devons retenir ici que pendant cette période de juin, juillet et août 2022 , le climat du Cameroun sera sous la double influence de La Nina observée au niveau du Pacifique Equatoriale et de la mousson, qui est un vent humide de direction sud-Ouest-Nord-Est en provenance de l’atlantique Sud, où sévit actuellement l’hiver . Ce changement est donc dû à la combinaison de l’effet de La Nina et de la mousson qui apporte avec elle le froid hivernal de l’hémisphère Sud.

Sur la question autour de l’Aphélion, qui selon certains messages retrouvés sur les réseaux sociaux, serait la cause de ces froids, le Professeur AMOUGOU nous apprend que le climat qui prévaut sur la planète Terre est le résultat de la combinaison d’un ensemble de facteurs déterminants, regroupés en facteurs externes à la terre d’une part et en facteurs internes d’autre part. Parmi les facteurs externes, figurent en bonne place les mouvements de la terre par rapport au soleil. Ces mouvements concernent l’inclinaison de l’axe des pôles, l’excentricité qui renvoie au degré d’aplanissement de l’ellipse et de la distance de la terre par rapport au soleil (précession).

Comme résultat de cette combinaison de mouvements, nous pouvons avoir, soit un phénomène d’Aphélion (moment de l’année où la terre est la plus éloignée du soleil) , généralement en juin, juillet ou août, soit un phénomène de Périphélion (rapprochement maximal de la terre par rapport au soleil) , généralement en janvier, février ou mars. Le soleil étant le principal fournisseur en énergie du système climatique, l’éloignement de la terre dans le cadre de l’ Aphélion se traduit généralement par une baisse de la température moyenne, qui s’accompagne de situations de grands froids. A l’opposé, le rapprochement de la terre par rapport au soleil, dans le cadre du Périphélion entraine une légère augmentation de la température moyenne.

En conclusion, sur cette question, il a affirmé que le phénomène d’Aphélion est bel et bien réel et surtout marqué par une légère diminution de la température moyenne, qui peut contribuer à expliquer le froid qui sévit en ce moment. D’ailleurs, pendant que cette période est marquée par les situations de froid dans l’hémisphère Sud, l’hémisphère Nord se distingue plutôt par des situations de canicule tel que vécues ces dernières semaines, en Europe et en Amérique du Nord.

Maintenant, quelles sont les dispositions que les populations peuvent prendre pour se mettre à l’abri de ces vagues de froids ?

Face à cette baisse des températures, l’Homme ne peut que s’adapter, c’est-à-dire s’ajuster à l’ambiance climatique en cours. Tout spécifiquement, cette situation marquée par les froids pourrait avoir des répercutions à la fois sur la santé humaine et sur la santé animale. En effet, la baisse des températures et les épisodes de froids qui lui sont associés expose les populations tant urbaines que rurales à une multiplication des cas de maladies respiratoires (grippes, toux, rhume etc.), à une multiplication des douleurs articulaires chez les personnes souffrant de rhumatisme, d’arthrose. Selon les experts de la société française de cardiologie, ces situations de froid pourraient également entrainer une augmentation du risque d’accidents cardio-vasculaires, dans la mesure où chaque réduction des températures de 1°C est associée à une élévation de 2% du risque d’infarctus du myocarde dans les 04 semaines, qui suivent, notamment chez les personnes souffrant d’une pathologie cardio-cérébro-vasculaire, ainsi que les personnes âgées (60 ans et plus) .

De même, dans le secteur de la santé animale, les situations de froid comme c’est le cas en ce moment peuvent conduire à des pertes de la volaille (surtout les poussins), suite à des troubles respiratoires étant donné que le confort thermique est drastiquement altéré. Ces situations peuvent également être observée chez les porcins, surtout lorsque ceux-ci ne disposent pas d’un abri conséquent pouvant les aider à faire face au stress induit par des températures aussi basses . Dès lors, l’adaptation ici consiste, pour nos populations, à prendre les dispositions nécessaires pour porter des vêtements chauds. Des dispositions allant dans le sens de réchauffer les espaces et abris d’animaux pendant cette période sont également recommandées.

Le Professeur AMOUGOU Joseph Armathé, Directeur Général de l’Observatoire National sur les Changements Climatiques (ONACC) a donné des explications concernant les vagues de froids ressenties dans la ville de Yaoundé et ses environs.
Comments
blog comments powered by Disqus