La culture comme moteur de développement durable

La culture comme moteur de développement durable

  • NAM'S
  • Published 2 months, 1 week ago
  • View Comments

La culture est ce que nous sommes et ce qui façonne notre identité. Aucun développement ne peut être durable sans inclure la culture.

Dimanche dernier, je suis allé à Mengong, une petite commune située dans la région du Sud département de la Mvila à 30km de bitume de terre d’Ebolawa avec plus de 50 villages. Mon voyage pour cette localité paisible s’est fait sur invitation de The Belinga Foundation, dans le cadre du Festival culturel ‘’BIA SO MENGONG’’ qui veut dire Nous sommes de Mengong.

Ce voyage qui était un premier pour moi dans la Région du Sud-Cameroun, m’a permis une fois de plus d’avoir une réflexion sur le développement durable ou l’émergence du Cameroun à travers sa culture.

En septembre 2015, l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté l’Agenda 2030 pour le développement durable, avec 17 objectifs universels ambitieux pour transformer notre monde. Depuis ce temps, l'UNESCO qui est l’instrument institutionnel du système des Nations Unies pour la culture, veille à ce que le rôle de celle-ci soit pris en compte lors des différentes activités qui promeuvent les Objectifs de Développement Durable (ODD), y compris celles se concentrant sur l'éducation de qualité, les villes durables, l'environnement, la croissance économique, les modes de consommation et de production durables, ainsi que les sociétés pacifiques et inclusives, l'égalité des genres et la sécurité alimentaire.

Le travail de promotion de la diversité culturelle par l’UNESCO, ainsi que ses Conventions culturelles, sont fondamentaux pour la mise en œuvre des mécanismes pour atteindre l’émergence au Cameroun en 2035, tout en atteignant aussi les objectif de la Stratégie Nationale de Développement 2020-2030 (SND 30). C’est en droite ligne avec tout ceci que, monsieur et madame BELINGA, fondateurs de The Belinga Foundation, ont mis sur pied le Festival culturel ‘’BIA SO MENGONG’’ avec pour thème cette année, « Les Arts et la Culture Vecteurs de Développement ».

A travers cette initiative, le couple compte propulser le développement local et diminuer l’exode rural dans cette localité du Sud. Selon eux, l’aménagement du territoire ne doit plus être imaginatif mais plutôt créatif, pour mettre en valeur sa dimension culturelle et artistique. Ainsi la culture non seulement aiguisera l’image de marque d’une région, mais renforcera aussi son identité. Elle rehaussera la valeur des lieux, divertira, éduquera, stimulera la créativité, contribuera au développement économique locale et à l’amélioration de la qualité de vie; en plus de créer des emplois. C’est d’autant plus que l’art nous offre la possibilité de trouver nos paires et nos âmes complices. Participer à la valorisation de l’art et la culture d’une localité reviendrait à procurer une source de plaisir et d’émerveillement enfin d’offrir des expériences touchantes du point de vue émotionnel ou intellectuel. Alors, que faut-il de plus pour convaincre de l’importance du développement culturel et artistique en région ?

Le dimanche 24 juillet, j’ai vu et j’ai confirmé, comme les visiteurs et exposants venu à ce festival, que la culture est un vecteur durable de développent. Il faut y être pour voir l’impact socioéconomique que ce genre d’évènement peut avoir sur une localité. Certains sont allez jusqu’à dire qu’avant Bia So Mengo, les populations n’avaient véritablement pas de plateforme à travers laquelle elles pouvaient en même temps se divertir, apprendre et se faire de l’argent en vendent leurs créations et autres.

Lors de la finale du concours Gospel des Chorales qui a eu lieu ce même jour, les spectateurs ont modifié une partie d’un chant en chantant : Dieu est au sein de la Fondation Belinga ; qu’il la bénisse. Ladite finale s’est disputée entre la Voix Céleste de Mengong, les Mélodies des Anges de Koungoulou et la Zone 512 qui ont respectivement reçu les prix de 50 000 frs CFA, 30 000 frs CFA et 30 000 frs CFA. Les critères de notation des différentes chorales étaient la tenue vestimentaire, la chorégraphie, le rythme, le message véhiculé et la prestation scénique. Il est important de féliciter la Fondation BELINGA car tous les participants à cette compétition ont reçu une prime standard de participation qui s'élevait à 25 000 frs CFA.

La culture est ce que nous sommes et ce qui façonne notre identité. Aucun développement ne peut être durable sans inclure la culture.
Comments
blog comments powered by Disqus