Renc’Art : …

RENC’ART : RECAPITULATIF SUR LA PREMIERE EDITION

RENC’ART : RECAPITULATIF SUR LA PREMIERE EDITION

  • Frank Parfait NAMEKONG
  • Published 1 year, 3 months ago
  • View Comments

Le rendez-vous avait été pris au restaurant La Baleine, situé à Akwa Paris Dancing, en face de Vision Confort. Le 27 août dernier, le restaurant en question accueillait des passionnés d’arts visuels et d’arts du spectacle, à l’occasion de la première édition du Renc’art, pour échanger et discuter sur la question de l'identité artistique pour développement d’une carrière.

Une ambiance chaleureuse

Sous la modération de Merveiline Tapi, journaliste et auteure de deux romans à savoir « Éva » et « Biographie d’une jeune femme trop tôt partie », l’évènement fut interactif, constitué principalement de questions-réponses, dans le but de répondre à l’interrogation « comment créer une identité artistique pour le développement d’une carrière ».

L’évènement s’est ouvert sur un slam de Sorelle Kemayou a.k.a Déjosel, nouvelliste et rédactrice qui s’essaie aussi en poésie, face à une salle bondée. Par la suite, l’artiste comédien Ignace Essounga a pris les reines et a conduit le public sur une montagne russe de rires ; de quoi détendre l’atmosphère et de poser le cadre de la soirée, qui a pris plus de temps que prévue grâce à l’engouement d’un public curieux et vif.

Un échange riche en couleurs

La première édition de Renc’Art fut un échange fructueux, grâce à la participation de panélistes, qui sont chacun des têtes de files dans leur art. Zak Ndam, artiste plasticien, a entretenu le public sur la question de création d’identité, en partageant son courant philosophique qui fait sa particularité, qu’il a baptisée « la spiriculture » qui est l'art de bâtir une vie meilleure. Près de lui, se tenait Takukam Eric, artiste, directeur artistique publicitaire et créateur textile mode, qui dans la même lancée, a partagé son expérience dans le domaine de l’art et de comment il s’est inséré au fil et à mesure dans le marché. Les arts du spectacle furent représentés dans le panel par Julien Eboko, auteur, conteur, comédien et cofondateur de la compagnie crâne d’œuf ; et par son confrère Ignace Essounga, humoriste, auteur, comédien et cofondateur de Camer Comédy Club.

Des échanges des différents artistes, on a pu retenir que pour se créer une réelle identité artistique, il faudrait : choisir la branche de son art qui sied le plus sa personnalité, apprendre cette branche et avoir une esthétique personnelle. L’accent a été mis sur l’importance de se connaître soi-même, de s’accepter et de ne pas craindre de se partager avec le monde au travers de son art. Les questions de public visé et de rentabilité ont été de ce fait soulevées par le public. « Comment l’artiste vivrait de son art s’il faisait l’art pour l’art ? » A cette question, les panélistes ont soutenu la thèse selon laquelle l’artiste n’est pas supposé penser premièrement à l’argent dans le processus de création, mais de partager ce qui l’a inspiré à créer. Raison pour laquelle, ce dernier a besoin d’une équipe qui croit en sa vision, qui prendra en charge tout le côté marketing et gestion de sa carrière, afin qu’il puisse pleinement s’adonner à l’expression de son art.

Renc’Art fut une réussite grâce à ses partenaires

Renc’Art s’est achevé autour d’un casse-croûte offert par les partenaires principaux, le restaurant La Baleine et le Groupe SABC, qui se démarquent au quotidien par leur implication régulière dans les projets artistiques. Dans le même élan, certains médias, qui ne cessent de soutenir ce genre d’initiatives, ont apporté leur pierre à l’édifice, dans le but de participer à la réussite de Renc’Art, tels que Aldiartt, Kamerartdiction, Mediaction Cameroun, Tarosards 3.0, Engo New, HD Média, 2KInfo, Volum'3, Casmando FM, Sweet FM, le Bonas Radio, MorningStar, Abk Radio, Suellaba, STV, Canal 2, CRTV, Proxima TV, Soldier Médias 237, Culture Ebène, Tamtam du Mboa et Vision Artistik. Ou encore des blogs tels que Pygmées, Nkowa, Zoumédia, Douala Today et Fsquare qui ont pris l’engagement de couvrir l’évènement. Et il est impossible de terminer sans parler de Le Photofieur 237, Next Level Interactive Group, qui se sont proposés pour capturer les photos et vidéos de Renc’Art.

Rappelons que Renc’Art est un évènement mis sur pied par Tallart Group, approché comme un canal pour promouvoir l’art et la culture camerounaise. Il a été pensé pour valoriser et faire connaître les métiers de l’art au public, afin de susciter un intérêt particulier auprès de celui-ci, dans le but de le pousser à plus s’investir dans ce secteur. À la question de savoir quand sera la prochaine édition de Renc’Art, Etienne Talla, promoteur du concept, a annoncé que la deuxième édition aura lieu en novembre. La date sera révélée ultérieurement au grand public.

Le 27 août dernier, le restaurant...
Comments
blog comments powered by Disqus