Quelques dangers qui nous guettent sur Internet

Quelques dangers qui nous guettent sur Internet

  • Colbert MAO
  • Published 1 year, 5 months ago
  • View Comments

Face aux dérives constatées sur internet en général et aux réseaux sociaux en particulier, le Ministère des Postes et Télécommunications (MINPOSTEL), a lancé le 8 février 2023, le programme de formation des pairs éducateurs à l'usage des réseaux sociaux. Le pair éducateur étant un jeune formé pour aider ses camarades à adopter un comportement sain et responsable sur les réseaux sociaux. Ce programme de formation qui s'étendra dans les autres régions du Cameroun, rentre dans le cadre de la campagne nationale pour la promotion de la culture de la cybersécurité et sensibilisation à l'utilisation responsable des réseaux sociaux. Notons que la cybersécurité est la mise en œuvre d'un ensemble de techniques et de solutions de sécurité pour protéger la confidentialité et la disponibilité des informations. Placés sous le thème : « Tous mobilisés pour la cybersécurité au Cameroun », les travaux étaient présidés par Madame Minette Libom Li Likeng, Ministre des Postes et Télécommunications dans la salle de conférence de son département ministériel.

Le cyberespace est un cadre propice au développement d'un certain nombre d'activités favorables à l'épanouissement des citoyens. Mais, c'est également un melting pot où l'on trouve du bon et du mauvais. Les étudiants et les jeunes constituent la tranche la plus exposée aux risques cybernétiques d'où la nécessité d'attirer leur attention sur leur présence sur la toile. Or, le Cameroun a besoin des jeunes qui ont une identité numérique exemplaires dixit Madame la MINPOSTEL. De tous les orateurs qui se sont succédés à la suite du Ministre, l'on apprendra un certain nombre de choses qui favoriseront l'utilisation responsable des réseaux sociaux.

Le monde entier regorge environ 5 milliards d'internautes parmi lesquels, 910 millions de victimes recensées chaque année pour des pertes d'environ 6000 millions de dollars. Au Cameroun, nous avons 4,5 millions d'internautes dont 58,4% d'hommes et 41,6% de femmes avec une durée de connexion de 5 heures minimum par jour. Des pertes liées à la cybercriminalité au Cameroun s'évaluent à plus de 5 milliards de FCFA. Des statistiques que l'on retrouve sur le site: www.blogdumoderateur.com.

L'avènement des réseaux sociaux a suscité un nouveau bouleversement de l'ordre social. Aujourd'hui, Internet est un vecteur idéal pour faciliter les actions des délinquants qui accroissent ainsi leur profit en réduisant la prise des risques.

Comment cela fonctionne ? Il faut faire attention à tout ce que l'on fait sur les réseaux sociaux car internet est une arme de guerre. Lorsque vous tapez une requête sur internet, elle va d'abord dans les 13 serveurs racines que regorge le monde parmi lesquels, 10 se retrouvent aux États-Unis d'Amérique et les 3 autres dans le reste du monde entier. À noter que nous n'avons pas la main mise sur ces circuits-là. Ce qui fait en sorte que, dès que vous postez quelque chose, peu importe l'action entreprise après, les informations publiées ne vous appartiennent plus, vous ne pouvez plus les contrôler. Il est donc important que chaque utilisateur du net, soit prudent et vérifie toute donnée qu'il reçoit avant de les publier au risque de commettre une infraction sur le cyberespace ou d'en être victime. Dans la mesure où l'on a été victime d'une infraction sur la toile, on peut saisir l’ANTIC (l’Agence Nationale des Technologies de l'Information et de la Communication) via les numéros : 8202 et le 8206 et via l'adresse mail: alerts@antic.cm. On peut également saisir les services de la Sûreté Nationale et de la Gendarmerie Nationale.

Mais, dans la mesure où c'est vous qui avez commis une infraction sur la toile, il est à noter que la loi a recensé une pluralité de dérivées commises à travers les réseaux sociaux notamment : l'usurpation d'identité sur internet, l'escroquerie, les Fake news, le cyber-chantage, le cyber-harcèlement, etc. Dans ce cadre, il existe une batterie d'instruments juridiques pour réprimander les auteurs de ces délits. Nous pouvons citer:

- La loi n°2005/007 du 27 juillet 2005 portant Code de Procédure Pénale;

- La loi n°2010/012 du 21 décembre 2010 relative à la cybersécurité et la cybercriminalité au Cameroun;

- La Convention de Malabo du 27 juin 2014 sur la cybersécurité et la protection des données à caractère personnel.

Toutes ces idées ont été développées par Six orateurs avec des sous-thèmes différents mais qui convergent vers le thème principal ci-haut évoqués. Ainsi, il était question :

1- Cybersécurité : contours, pratiques et enjeux contemporains. Par M. NNEMETE BEYEME François, Sous-directeur de la règlementation des Télécommunications au MINPOSTEL;

2- L'univers des réseaux sociaux. M. Ndongo Etoundi Jean Victor, ingénieur des Télécommunications ;

3- Le patriotisme et citoyenneté dans l'utilisation des réseaux sociaux: état des lieux, enjeux et défis. M. André Landry FOUDA OMGBA, enseignant à l'INJS;

4- Comment se prémunir contre les dérives dans les réseaux sociaux ? Dix repères pour une action efficace. M. ABOUEM Guillaume Kévin, Ingénieur des Télécommunications ;

5- Le fact-cheking: principes, enjeux et techniques. Mme Cathy Line MBEA BEKONO, Ingénieure Informaticienne;

6-Les dispositions de la loi au Cameroun contre les dérives dans les réseaux sociaux. Une présentation de l'arsenal juridique camerounais. M. ESSONO NGUINI Parfait, Chargé d'Etudes Assistant/DAJ MINPOSTEL.

Après ces différents exposés, le représentant du Directeur de l'ANTIC a fait un bref aperçu des missions de l'ANTIC ainsi que la collaboration qu'il y a d'avec les forces de maintien de l'ordre ainsi que les propriétaires des réseaux sociaux.

A la fin de ces passages sur le pupitre, le Ministre des Postes et des Télécommunications, Madame LIBOM LI LIKENG a remis personnellement et de manière solennelle, des attestations de fin de formation à chacun de pairs éducateurs présents et une prise de photo avec chacun a été faite jusqu'à la clôture des activités de ce jour autour de 17 heures. Les présents ont aussi pu emporter la version PDF du contenu des différents exposés dans une clé USB à mesure d'aller annoncer aux autres, les dérives auxquelles on s'expose sur la toile.

Le monde entier regorge environ 5 milliards d'internautes parmi lesquels, 910 millions de victimes recensées chaque année pour des pertes d'environ 6000 millions de dollars.
Comments
blog comments powered by Disqus