Dschang : la ville aux groupes électrogènes

Dschang : la ville aux groupes électrogènes

  • Hamed Housseni
  • Published 5 months, 1 week ago
  • View Comments

Dotée d'un imposant paysage à échelle montagnard, Dschang est le Chef-lieu du département de la Menoua et deuxième plus grande ville de la région de l'ouest Cameroun avec une population estimée à plus de 800 milles habitants.

Dschang est une localité submergée par un potentiel touristique impressionnant, un assemblage d'entreprises (publique, parapublique, et privées), une université de renommée internationale et surtout une population dynamique constituée essentiellement de jeunes.

Le calvaire commun à tous les habitants de Dschang est la coupure permanente d'électricité. Ici, il est difficile que deux journées entières se succèdent sans un clin d'œil de la part de la société en charge de la distribution de l'énergie électrique au Cameroun. Des coupures qui durent généralement entre 5 minutes et 40 heures (parfois plus, dépendamment des périodes de travaux de la compagnie Eneo).

De même, ce phénomène engendre d'énormes conséquences sur les différentes activités des populations. Par exemple, ceux dont le travail nécessite l'usage de l'électricité comme les informaticiens, les coiffeurs, les menuisiers, les médias (radio et télévision), les cliniques, etc. se retrouvent sans rendement souhaité. Que dire de ces étudiants qui se retrouvent à la veille d'un examen sans lumière ni étincelle pour réviser leurs leçons ? Le pire c'est lorsque ton téléphone s'éteint au moment où tu attends un transfert d'argent, tu es tout de suite coupé du monde.

Il est juste de noter que ces coupures favorisent le banditisme, l'exode rural et la délinquance en milieu jeune. Mais non loin de là, elles permettent également de se réconcilier avec la nature, d'apprécier la valeur de chaque chose et surtout de méditer sur soi-même.

Toutefois, le manque d'énergie électrique a bouleversé le comportement des habitants de Dschang si bien que des solutions alternatives continuent de s'implémenter afin d'assurer leur bien-être. C'est le cas des groupes électrogènes, quoique les prix ne soient pas à la portée de tous. Ces générateurs d'électricité peuvent coûter jusqu'à 900.000 FCFA et constituent un nouveau marché où de plus en plus de jeunes investissent car ayant un rendement important. L'on retrouve des groupes électrogènes installés dans la quasi-totalité des administrations (publiques et privées), dans quelques rares magasins et lieux d'habitation. À côté de cela, nous avons des panneaux solaires [une fois encore, pas à la portée de tous] qui sont principalement utilisés dans certains endroits pour l'éclairage public ; une solution qu'a adoptée l'université de Dschang afin de sécuriser son campus.

Tout contre dit, les pouvoirs publics devraient s'atteler à faciliter l'accès à l'énergie électrique aux populations de toutes les villes émergentes comme celle de Dschang afin de limiter l'exode rural, d'accroître le développement local et d'accélérer l'émergence du pays.

Le calvaire commun à tous les habitants de Dschang est la coupure permanente d'électricité. Ici, il est difficile que deux journées entières se succèdent sans un clin d'œil de la part de la société en charge de la distribution de l'énergie électrique au Cameroun.
Comments
blog comments powered by Disqus