Comment mettre fin aux Mutilations Génitales Féminines (MGF) dans notre société?

Comment mettre fin aux Mutilations Génitales Féminines (MGF) dans notre société?

  • Frank Parfait NAMEKONG
  • Published 1 year, 5 months ago
  • View Comments

Depuis plusieurs décennies, les institutions publiques et privées se battent pour éradiquer certaines pratiques dîtes inhumaines; qui portent atteinte à l'intégrité des humains. Parmi ces pratiques, nous avons des mutilations génitales qui se font toujours dans plusieurs pays du Tiers-Monde. Au Cameroun comme dans d'autres pays, certaines communautés n'arrivent toujours pas à sortir de leurs traditions, et comprendre que les mutilations qui sont faîtes au niveau de l'appareil génital féminin ont certes une explication ancestrale ou traditionnelle, mais présentent des dangers énormes pour ces femmes, qui peuvent se sentir chosifiées. On se demande donc pourquoi est-ce ceci persiste malgré de nombreuses mobilisations. Peut-être parce que la cible principale lors des activités de sensibilisation était mal choisie.

Selon l’UNICEF, les mutilations génitales féminines désignent toutes les interventions visant l’ablation partielle ou totale des organes génitaux externes et tout acte portant atteinte aux organes génitaux féminins pour des raisons non médicales. Elles sont le plus souvent infligées aux filles entre la petite enfance et l’âge de 15 ans. Quelles que soient leurs formes, les mutilations génitales féminines constituent une violation des droits humains fondamentaux des filles et des femmes, notamment de leurs droits à la santé, à la sécurité et à la dignité. Il faut donc comprendre que si certaines la pratiquent, c’est pour éviter ou empêcher que les femmes aient un certain désir ou plaisir sexuel ; ce qui les amène à être fidèles ou à s’attacher uniquement à leurs époux. On comprend donc que ceux qui bénéficient de cette pratique, sont uniquement des hommes. Raison pour laquelle, ils devraient être la cible principale, lors des actions de sensibilisation contre ce fléau. Ce que Plan International Cameroun a compris.

Pour la commémoration de la 11ème édition de la Journée Internationale de Tolérance Zéro pour les Mutilations Génitales Féminines le 6 février 2023 à l’Hôtel La Falaise de Yaoundé, Plan International Cameroun a donc choisi ses activités en droite ligne avec le thème global « Mettre fin aux Mutilations Génitales Féminines à travers un partenariat avec les hommes et les garçons pour transformer les normes sociales et de genres » dans le but d'amplifier et d'orienter les efforts sur l'élimination de cette pratique. Ce thème appelle à plus d’implication des hommes et des garçons pour éliminer les MGF à travers la masculinité positive et au renforcement des actions visant à les engager en faveur de l’atteinte de la tolérance zéro aux MGF. Le lancement de ces activités a été présidé par Madame le Ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille aux côtés de Monsieur le Ministre de la Formation Professionnelle, ce qui montre l'importance de cette lutte.

Si les hommes et les garçons qui seront des époux demain comprennent les effets néfastes de cette pratique sur la santé mentale et physique des femmes et des jeunes filles, ils ne pourront plus solliciter que cela soit faite. En même temps, ils pourront voir leurs épouses comme des partenaires de vie et non des « choses » qui sont là uniquement pour servir leurs intérêts. Ceci permettrait aussi d’accroitre le taux d’émancipation des femmes et des jeunes filles à travers leur implication dans la prise de décisions socioprofessionnelles. Mais ceci en commençant par leur formation dans des écoles.

Les mutilations génitales féminines désignent toutes les interventions visant l’ablation partielle ou totale des organes génitaux externes et tout acte portant atteinte aux organes génitaux féminins pour des raisons non médicales.
Comments
blog comments powered by Disqus